Réforme du DPE, de nombreux logements vont sortir du statut de « Passoires énergétiques »

5 mars 2021

Le 15 février dernier, la nouvelle étiquette énergétique a été dévoilée ce qui fera basculer 800 000 logements chauffés au fioul ou au gaz en étiquettes F et G. La refonte du DPE a annoncé une nouvelle méthode de calcul qui sera en vigueur à partir du 1er juillet seulement pour les logements à la location ou à la vente. La DPE s’appuiera uniquement sur les caractéristiques physiques du logement et non plus sur la base des factures passées. Cela permet d’éviter les DPE vierges en l’absence de facture disponible, si le logement n’était habité que la moitié du temps. A partir de cette même date, le DPE deviendra opposable juridiquement afin d’homogénéiser le mode de calcul, au même titre que les autres diagnostics du bâtiment. La ministre du Logement a détaillé dans une interview les conséquences de ce changement : « En cas de doute, [la personne habitant le logement] pourra en effet, à partir du 1er juillet, refaire un diagnostic. Et si le nouveau DPE n’affiche pas les mêmes résultats que l’ancien […], cette personne pourra se retourner contre le propriétaire du bien qu’elle loue, ou le propriétaire du bien qu’elle a acheté. Et demander une compensation. »

La future étiquette énergétique inclut maintenant la production de CO2 en plus de la consommation d’énergie primaire.

Les nouvelles classes énergétiques se déclinent ainsi :

Classe A : moins de 70 kWh/m2.an et de 6 kg CO2/m2.an
Classe B : 70 à 110 kWh/m2.an et 6 à 11 kg CO2/m2.an
Classe C : 110 à 180 kWh/m2.an et 11 à 30 kg CO2/m2.an
Classe D : 180 à 250 kWh/m2.an et 30 à 50 kg CO2/m2.an
Classe E : 250 à 330 kWh/m2.an et 50 à 70 kg CO2/m2.an
Classe F : 330 à 420 kWh/m2.an et 70 à 100 kg CO2/m2.an
Classe G : plus de 420 kWh/m2.an et de 100 kg CO2/m2.an

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *